Moyen-Orient Articles.

Showing posts with label Moyen-Orient. Show all posts

Sep 30, 2015

Israel a ouvert le feu plus de 700 fois sur Gaza depuis le cessez-le feu d’août 2014

Plus de 700 attaques israéliennes sur la bande de Gaza depuis la fin des massacres de l’été 2014, ce sont les chiffres cités par l’ONU ! "Israel a ouvert le feu sur la bande de Gaza au moins 696 fois depuis un an, sans compter les 29 fois qui étaient des représailles après des lancements de roquettes", a déclaré devant le parlement britannique Tobias Ellwood du ministère des affaires étrangères britannique, citant les chiffres de l’ONU. 

Il répondait à une question du député travailliste Alex Cunningham, qui voulait également savoir quelles mesures le gouvernement britannique comptait prendre face à cette situation.

La réponse de Tobias Ellwood a été la suivante :

"Le bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires dans les territoires palestiniens occupés nous a transmis le fait qu’israel avait fait feu en 696 occasions, sans compter 29 attaques liées au lancement de roquettes à partir de la bande de Gaza, depuis le 26 août 2014, date à laquelle est intervenu l’accord de cessez-le-feu. ces offensives israéliennes ont eu lieu sur terre et sur mer, notamment dans des zones à accès restreint par Israel."

Les officiels britanniques en poste à Tel Aviv ont fait part de leurs préoccupations à ce sujet au gouvernement israélien", a ajouté Tobias Ellwood.

En fait, les attaques israéliennes d’agriculteurs, de pêcheurs et de civils sans armes, sont monnaie courante dans la bande de Gaza sous blocus. Elles ont blessé 54 Palestiniens et en ont tué 2 autres, dans un silence complice de la part de nos gouvernements.

Source : middleeastmonitor

Sep 29, 2015

D'importantes forces armées israéliennes envahissent la mosquée d'al-Aqsa

Dans un dangereux précédent depuis l'occupation de la mosquée sainte d'al-Aqsa en 1967, les forces armées de l'occupant israélien ont utilisé lors de l'incursion d'al-Aqsa lundi matin 28/9 un mur mobile pour envahir la chapelle al-Qibli et faire pression sur les fidèles qui se trouvent à l'intérieur dans le but de les arrêter, tandis qu'un incendie a éclaté à l'intérieur de la chapelle.

Environ 200 éléments des forces de l'armée de l'occupant israélien ont pris d'assaut la mosquée sainte d'al-Aqsa le 6h47 via la porte des Maghrébins et ont lancé des bombes assourdissantes et du gaz dans ses esplanades, tandis que les forces spéciales sont montées sur le toit de la chapelle, tout en lançant des bombes assourdissantes et du gaz, en plus des balles en caoutchouc sur les fidèles à l'intérieur, ont déclaré des témoins oculaires.

Les témoins ont ajouté que les forces armées occupantes ont utilisé des machines électrique de forage pour détruire les fenêtres de la chapelle et installer les tireurs.

Dans les esplanades de la mosquée sainte d'al-Aqsa, les éléments de l'occupant israélien ont violemment attaqué les femmes et les hommes fidèles à la zone de Mouthia al-Kas, en les encerclant et ont tenté de les faire sortir à l'extérieur des murs de la mosquée.

Les soldats israéliens ont déjà érigé à l'aube aube des barrages et des obstacles à proximité de la mosquée d'al-Aqsa et ont déployé leurs éléments lourdement armés aux entrées, tout en empêchant les fidèles qui ont moins de 50 d'entrer puis ils ont empêché l'entrée de tous les fidèles depuis 7h30.

Il est à noter qu'un grand nombre de Jérusalémites et des Palestiniens de 48 se trouvent de manière continue aux portes d'al-Aqsa, tandis que les forces armées occupantes cherchent à assurer la sécurité des invasions des colons, après l'appel des groupes du Prétendu Temple et des milieux sionistes à envahir al-Aqsa aujourd'hui à l'occasion de la fête juive de Souccot.

Source : PalInfo

Sep 28, 2015

Opération Nimr: Anonymous attaque l'Arabie Saoudite - #OpNimr

Le célèbre groupe de hackers Anonymous a lancé une attaque contre les sites gouvernementaux de l'Arabie saoudite en réponse au maintien de la peine de mort pour Mohammed al-Nimr, 21 ans.

Plus tôt en septembre, le dernier appel soumis par l'intéressé à la justice saoudienne a été rejeté, ce qui veut dire que l'exécution de Mohammed, condamné à la crucifixion pour avoir pris part à des activités antigouvernementales en 2012, peut avoir lieu à tout moment.
 "Ali Mohammed al-Nimr, un jeune innocent, a été condamné à mort en Arabie saoudite, et nous ne pouvons pas rester indifférents", lit-on dans un message ouvert adressé par Anonymous aux autorités de Riyad.

L'organisation exhorte l'Arabie saoudite à libérer le condamné tout en soulignant que ce dernier a été privé d'avocat et soumis à la torture.

Parmi les sites visés par les attaques informatiques dans le cadre de la compagne #OpNimr figurent ceux des ministères saoudiens de la Justice (saudinf.com) et du Service civil (mcs.gov.sa), du centre technologique saoudien pour les secteurs militaire et de sécurité PSATRI (psatri.ksu.edu.sa), ainsi que celui de la compagnie aérienne Saudi Airlines (saudiairlines.com).

A présent, la plupart des sites ont repris leur fonctionnement normal.
"Des centaines de personnes innocentes sont exécutées chaque années sur décision du gouvernement saoudien, qui doit être puni pour ses actions", a indiqué Anonymous dans son message.

Mohammed al-Nimr a été arrêté en 2012 après avoir participé à une manifestation de protestation, selon la version officielle. Il a été jugé coupable d'avoir rejoint un groupe criminel et attaqué des policiers. La condamnation à la crucifixion veut dire que Mohammed sera décapité et que son corps sera ensuite exposé sur une croix dans un lieu public.

Source : SputnikNews

Sep 26, 2015

Allemagne: un réfugié sur trois est un faux Syrien

Si l'Allemagne ne fait pas de statistiques sur la nationalité de ceux qui demandent asile, environ un tiers des réfugiés prétendument en provenance de Syrie mentent à ce sujet.

Ces informations sont le résultat de "l'observation des fonctionnaires sur place, représentants de la police fédérale en premier lieu, de l'Agence fédérale pour les réfugiés et de l'agence Frontex", a précisé le responsable du ministère fédéral allemand de l'Intérieur vendredi lors d'un point presse à Berlin.

Plus tôt dans la semaine, le ministre fédéral allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière a déclaré que les fonctionnaires responsables de l'accueil des migrants voyaient souvent défiler de faux passeports syriens, et rencontraient également de "faux" Syriens ne maîtrisant pas la langue arabe.

Depuis le début de l'année 2015, près de 500.000 réfugiés se sont lancés en Europe, et chaque jour, des milliers de nouveaux arrivants viennent grossir leurs rangs. Selon la Commission européenne, la crise migratoire actuelle est la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale.

Selon certaines estimations, l'Allemagne projette d'accueillir environ un million de réfugiés en 2015, un chiffre qui sera apparemment encore modifié.

Source : SputnikNews

Sep 21, 2015

L’Arabie Saoudite prend la direction du panel du Conseil des droits de l’Hommes de l’ONU

L’ambassadeur du pays le plus critiqué pour le statut qu’il reconnaît aux femmes, aux minorités et aux dissidents a pris la tête de la plus importante organisation de défense des droits de l’homme dans le monde. 

Selon les informations officielles de l’ONU, l’ambassadeur de l’Arabie saoudite à Genève Faisal Trad a été choisi pour présider le panel du Conseil des droits de l’Homme à partir de sa 30ème session qui ouvrira lundi 21 septembre. Selon les rumeurs, le choix avait déjà été décidé en juin dernier mais avait été tenu secret jusqu’au présent pour des raisons inconnues.

Le but principal du panel du Conseil des droits de l’Homme est de nommer les cinq hauts fonctionnaires qui édictent les standards internationaux, de choisir les personnes qui vont occuper plus de 77 postes relatifs à la défense des droits de l’homme dans différentes régions du monde et d’informer sur les violations perpétrées en matière de droits de l’Homme.

Mais ce choix a été vivement critiqué par la communauté internationale qui s’oppose toujours à ce que des pays qui ne sont pas réputés pour le respect scrupuleux qu’ils attachent aux droits de l’homme accèdent à une position si importante.

«Il est scandaleux que l’ONU ait choisi un pays qui a exécuté plus de gens que Daesh cette année pour présider le panel du Conseil des droits de l’Homme», a déclaré le directeur exécutif de UN Watch Hillel Neuer. Il a aussi précisé que «le pétrole, les dollars et la politique» qui nuisent aux droits de l’homme».

Parmi les violations des droits de l’homme les plus flagrantes commises par l’Arabie saoudite, on note l’arrestation de l’écrivain et bloggeur Raif Badawi. En 2012, ses déclaration libérales sur son site Free Saudi Liberals (Libéraux saoudiens libres) ont provoqué son arrestation et sa condamnation à recevoir 1 000 coups de fouet pour avoir «insulté l’islam». Sa femme Ensaf Haidar tente toujours d’obtenir sa libération mais en vain. Elle a même précisé sur sa page Facebook que la nomination de Faisal Trad était un «feu vert à la continuation de la flagellation» de son mari. 

Source : RT

Sep 13, 2015

Jérusalem : Des fanatiques israéliens poussent à la prise d’assaut et à la profanation de la sainte mosquée d’al-Aqsa

L'Organisation Mont du Temple a exhorté ses adeptes à participer à la profanation en masse de la sainte mosquée al-Aqsa à l'occasion de la nouvelle année juive.

L'organisation a déclaré que les prises d’assaut seront effectuées sous la protection des policiers armés et que les sit-ins et la présence des fidèles musulmans à la mosquée seront interdits pendant une longue période de temps.

Pendant ce temps, la police israélienne a resserré l'étau militaire autour de la sainte mosquée al-Aqsa, bouclant le tout avec des barrières métalliques.

Les policiers israéliens déployés dans le voisinage du lieu saint auraient saisi les permis d’accès de quatre enfants venant de la ville de Yatta d’Hébron.

Le Chef du Département des affaires de Jérusalem Ahmad Qoreï a averti des graves répercussions des intentions israéliennes de diviser la mosquée entre les musulmans et les Israéliens comme ce qui s’est passé avec la mosquée Ibrahimi à Hébron.

Il a en outre souligné l’intention d’ Israël d’intensifier les régimes de judaïsation dans la mosquée al-Aqsa.

Qoreï a exprimé son refus de la décision de Moshe Yaalon, le ministre de la guerre israélienne, d'interdire la présence des musulmans et des apprenants du Coran dans la mosquée al-Aqsa, soulignant que cette décision «raciste» est une preuve éhontée planifiée par le "terrorisme d'Etat".

Il a appelé les Arabes, les musulmans et la communauté internationale à soutenir fermement les Palestiniens et al-Aqsa contre les complots sacrilèges d'Israël.

Source : PalInfo
 

Sep 8, 2015

L'aviation turque bombarde massivement le PKK en Irak

L'aviation turque a mené dans la nuit de lundi à mardi une opération d'envergure contre les principales bases des rebelles kurdes turcs du PKK dans le nord de l'Irak, en riposte à une attaque qui a tué 16 soldats turcs, a annoncé l'agence progouvernementale Anatolie.

Plus de 50 chasseurs turcs ont massivement bombardé pendant six heures 20 cibles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), tuant "entre 35 et 40 terroristes", a affirmé l'agence. Les bases de Qandil, Hakurk, Zap, Metina, Gare et de Basyan ont été massivement pilonnées, rapporte l'agence.

Parmi les cibles visées également par les jets turcs figurait "un groupe de 20 à 25 terroristes qui fuyaient la Turquie et se repliaient vers leurs bases", selon l'agence.
Cette opération intervient après une attaque meurtrière qui a coûté la vie dimanche à 16 militaires à Daglica, dans l'extrême sud-est de la Turquie, à la frontière irakienne.

Le gouvernement turc avait promis lundi d'éradiquer le PKK au lendemain de cette attaque, la plus meurtrière menée depuis des années contre les forces armées. L'attaque conduite par le PKK à Daglica est la plus sanglante depuis la reprise des affrontements entre l'armée et le PKK fin juillet, qui ont fait voler en éclats les discussions de paix engagées à l'automne 2012 pour mettre un terme à un conflit qui a fait quelque 40.000 morts depuis 1984.


Source : Lorientlejour


Aug 30, 2015

Le Qatar condamne la fermeture des portes de la mosquée Al-Aqsa par Israël

Le Qatar a exprimé sa forte désapprobation au sujet de la fermeture de l'occupation d’un certain nombre de portes dans la mosquée Al-Aqsa face aux fidèles musulmans et permettre, en revanche, aux colons extrémistes de faire irruption dans la sainte mosquée sous la protection des soldats et de la police d'occupation.

Dans un communiqué publié par l'agence de presse officielle jeudi (27-8), le ministère des affaires étrangères a affirmé que "Le Qatar dénonce les violations d'Israël contre les lieux saints et contre le peuple palestinien ainsi que sa violation de la liberté de culte".

La déclaration a réitéré le rejet catégorique du Qatar de ces actions qui ne font qu’accroître la tension et l'instabilité dans la région, soulignant que la Mosquée Al-Aqsa appartient aux musulmans.

Depuis lundi dernier, les autorités israéliennes imposent des restrictions sévères sur Al-Aqsa par la fermeture de la plupart de ses portes empêchant les musulmans d'y entrer, dans une tentative d'imposer un régime de «partition temporelle» sur la mosquée.

Le ministère du Legs pieux islamique a indiqué, mardi dernier, que les forces d'occupation israéliennes ont fermé pour la deuxième journée consécutive les portes de la sainte mosquée à l’exception de la porte de l'humilité, du Conseil et Silsila, tandis que les troupes israéliennes ont été déployées aux portes ouvertes empêchant les femmes d’accéder à la mosquée et entravant l’entrée des étudiants à leurs classes.

Des dizaines de colons ont pris d'assaut la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, mercredi, tandis que des dizaines de Jérusalémites ont été interdit d'y entrer.

La sainte mosquée d’Al-Aqsa subit des intrusions quasi-quotidiennes des colons, sous la protection de la police israélienne.

Source : PalInfo

Aug 21, 2015

Raids israéliens sur le Golan syrien : au moins six morts

Au moins six personnes ont été tuées dans des raids de l'aviation israélienne menés depuis jeudi soir sur le plateau syrien du Golan, ont indiqué vendredi des sources syriennes.

Israël a confirmé des frappes de son aviation lancées en représailles à des tirs de roquettes tombées dans le nord israélien et sur la partie du plateau du Golan occupée par l'Etat hébreu.

Vendredi matin, "l'aviation de l'ennemi israélien a visé une voiture civile dans le village d'al-Kom, dans la province de Qouneitra, tuant cinq civils non armés", a indiqué la télévision d'Etat syrienne.

L'appareil qui a frappé à 10h30 (07h30 GMT) était un "avion sans pilote", a-t-elle ajouté.

A Jérusalem, une source militaire israélienne a affirmé que le raid avait visé et tué des membres "du Jihad islamique en Syrie", accusés par Israël d'avoir lancé jeudi, sur ordre de l'Iran, les roquettes sur Israël à partir de la partie du Golan non occupée. "Des membres du groupe responsable des tirs de roquettes ont été visés et neutralisés (ndlr, tués)", a ajouté cette source en évoquant un bilan de quatre ou cinq morts. "Ils font partie du Jihad islamique en Syrie agissant sous la supervision de l'Iran".

Dans un communiqué de Gaza, le Jihad islamique a démenti être à l'origine des tirs de roquettes. "Il s'agit d'une tentative de l'occupant (israélien) de détourner l'attention des crimes contre les prisonniers palestiniens et en particulier contre Mohammed Allan", a-t-il dit dans un communiqué. Il faisait référence au détenu palestinien qui a mobilisé l'opinion palestinienne en observant une grève de la faim de deux mois et en mettant sous pression le gouvernement israélien. Le Jihad islamique, qui le présente comme un de ses membres, avait prévenu qu'il ne serait plus tenu par la trêve actuelle avec Israël s'il mourait.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG qui dispose d'un large réseau de militants et de sources à travers la Syrie en guerre, a confirmé un bilan de cinq morts dans le raid israélien de vendredi, dont deux miliciens pro-régime à bord du véhicule visé et trois personnes non identifiées.

Déjà jeudi soir, les raids de l'aviation israélienne sur la même région ont tué une personne et blessé sept soldats, selon une source militaire syrienne. L'OSDH a fait état de deux soldats tués et huit blessés.

Israël a visé jeudi soir quatorze positions de l'armée syrienne sur le Golan, selon des sources officielles israéliennes.

Israël occupe depuis 1967 quelque 1.200 km2 du plateau du Golan, qu'il a annexés en 1981, tandis qu'environ 510 km2 restent sous contrôle syrien. L'annexion par Israël est jugée illégale par la communauté internationale.

La province de Qouneitra, en grande partie située sur le plateau du Golan, est tenue en majorité par les rebelles en guerre contre le régime syrien mais comprend une poignée de villages et localités aux mains du pouvoir.

Source : Lorientlejour

Aug 20, 2015

Turquie : vaste opération policière contre l'extrême gauche après une fusillade

La police antiterroriste turque a mené une opération d'envergure jeudi à l'aube à Istanbul et Mersin sud) contre les milieux d'extrême gauche arrêtant plusieurs dizaines de suspects, au lendemain d'une fusillade devant les bureaux du Premier ministre, ont rapporté les médias locaux.

Plusieurs personnes ont été arrêtées dans les descentes de police effectuées à Sariyer et Baltalimani, deux districts de la rive européenne d'Istanbul, a indiqué l'agence de presse Dogan. A Mersin, ville sur la Méditerranée, la police spéciale a interpellé 39 personnes, des femmes en majorité, qui devaient être déférées devant des procureurs pour être interrogées, selon l'agence pro-gouvernementale Anatolie.

Les opérations visent le DHKP-C (Parti/Front révolutionnaire de libération du peuple), un groupe radical clandestin qui a revendiqué jeudi soir l'attaque survenue plus tôt dans la journée contre des policiers en faction devant un palais ottoman d'Istanbul qui abrite les bureaux du Premier ministre islamo-conservateur Ahmet Davutoglu. Deux hommes armés ont été arrêtés après la fusillade non loin du palais, lieu touristique, au bord du Bosphore. L'attaque n'a pas fait de blessés.

"Nous allons briser (...) les mains levées contre les deux combattants du peuple qui ont mené une attaque contre le palais de Dolmabahçe pour réclamer justice", a souligné le groupe sur son site internet Halkin Sesi.
Le palais abrite les bureaux de M. Davutoglu qui a échoué à former un gouvernement de coalition à l'issue des élections législatives de juin.

Les deux assaillants présumés ont été arrêtés en possession de grenades et fusils automatiques selon les services du gouverneur, et pourraient avoir un lien avec une attaque commise le 8 août contre les locaux à Istanbul du Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur), au pouvoir depuis 13 ans. Le DHKP-C avait aussi revendiqué une attaque contre le consulat américain à Istanbul, le 9 août.

Les attaques et les arrestations se multiplient en Turquie depuis que l'Etat turc a lancé le mois dernier une campagne militaire contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Source : Lorientlejour

L'Iran refuse de recevoir le président palestinien Mahmoud Abbas

Un proche collaborateur à un fonctionnaire parlementaire iranien a déclaré, mercredi, que la demande du président Mahmoud Abbas à visiter Téhéran a été rejetée par l'Iran.

Hossein Cheikh al-Islam, le conseiller du président des affaires internationales iraniennes au Conseil de la Choura, a déclaré que l’annonce du voyage d’Abbas, en Iran, pour rencontrer des hauts fonctionnaires du pays est complètement "fausse".

"La direction de l'AP a demandé à visiter l'Iran à de nombreuses reprises, mais ses demandes ont été rejetées. Sa plus récente demande a également été rejetée", a-t-il dit.

L'Islam a dit au journal palestinien al-Resala que les relations de Téhéran avec le Hamas sont «stratégiques», soulignant que l'Iran et le Hamas avaient mis de côté leurs différences à l'égard de la position sur la crise en Syrie.

Le responsable a ajouté que Téhéran "se félicite de toute visite de responsables du Hamas", soulignant que des efforts sont en cours pour organiser une visite dans un proche avenir.

Le conseiller iranien a également souligné que son gouvernement "continue à soutenir les organisations de la résistance", mais a confirmé que le soutien financier avait été réduit. Il a affirmé que cela est dû à la crise financière du pays et est n’a aucun rapport avec les questions politiques.

Il a nié que son pays ait accepté la reconnaissance d'Israël en disant: «Ceci est l'une des raisons pour laquelle nous ne disposons pas des relations avec l'Autorité palestinienne ».

Source : PalInfo

Aug 14, 2015

La Turquie érige un mur à la frontière syrienne pour se protéger

L'armée turque érige un mur le long de la frontière avec la Syrie pour se protéger après la multiplication des attaques dans le sud du pays, selon des informations de presse publiées vendredi. Ce rempart fait trois mètres de haut sur sept kilomètres de long.

L'épais mur en béton a été dressé à Reyhanli dans la région d'Hatay (sud) et est voué à être élargi. Il doit empêcher toute intrusion de djihadistes de l'Etat islamique (EI) sur le territoire turc depuis la ville syrienne d'Alep, située à quelques kilomètres, a indiqué l'agence progouvernementale Anatolie.

Par ailleurs, plus de 360 km de tranchées ont été creusés, de la terre amoncelée sur 70 km pour freiner l'avancée des djihadistes et 145 km de barbelés ont été renouvelés, a précisé l'agence Anatolie.

Lieu de passage pour les réfugiés

La région d'Hatay est un des lieux de passage pour les quelque 1,8 million de Syriens qui ont fui les violences dans leur pays et trouvé refuge en Turquie depuis le début du conflit il y a quatre ans.

La province a également été le lieu d'un attentat à la voiture piégée en mai 2013 qui a causé la mort de 52 personnes. La Turquie avait imputé cette attaque à un groupuscule clandestin d'extrême gauche turc lié, selon ses responsables, aux services de renseignements syriens, ce que Damas a démenti.

Plus récemment, un attentat-suicide survenu le 20 juillet à Suruç (sud), et attribué à l'EI, a causé la mort de 33 jeunes partisans de la cause kurde, un bilan revu à la hausse vendredi après le décès à l'hôpital d'une des victimes.

"Guerre contre le terrorisme"

Accusant le gouvernement de ne pas avoir suffisamment protégé les Kurdes, les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont rompu un cessez-le-feu en vigueur depuis 2013 avec Ankara et repris les armes.

La Turquie a riposté le 24 juillet en lançant une "guerre contre le terrorisme" qui vise simultanément le PKK et les combattants de l'EI, le long de sa frontière avec la Syrie et l'Irak.

Les autorités turques, accusées à de nombreuses reprises de complaisance à l'égard de l'organisation de l'EI, ont procédé à de nombreuses arrestations ces dernières semaines.


Source : Alwihdainfo

Aug 12, 2015

Syrie : Cessez-le-feu de 48 heures dans plusieurs villes

Des groupes islamistes et forces prorégime en Syrie se sont entendus mardi pour un cessez-le-feu de 48 heures dans plusieurs villes disputées du nord-ouest du pays et le long de la frontière libanaise, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Selon cette ONG, le cessez-le-feu à Zabadani, dernier bastion des rebelles à la frontière syrio-libanaise, débutera à 06h00 locales (03h00 GMT).

"Il y a eu un accord pour un cessez-le feu de 48 heures à Zabadani et Fouaa et Kafraya", a déclaré le responsable de l'OSDH Rami Abdel Rahman.

"L'accord a été conclu entre les combattants du (puissant groupe islamiste) Ahrar al-Sham et les rebelles locaux d'un côté et de l'autre le groupe chiite libanais du Hezbollah", a dit M. Abdel Rahman.

Aux côtés des forces gouvernementales, le Hezbollah a lancé une féroce attaque le mois dernier contre Zabadani pour en déloger les rebelles.

Fouaa et Kafraya, deux villages chiites de la province d'Idleb (nord-ouest), sont eux parmi les derniers encore aux mains du régime dans la région. En représailles à l'offensive loyaliste sur Zabadani, ils se trouvent assiégés par une coalition rebelle baptisée Armée de la conquête.

Au-delà des cessez-le-feu, des négociations sont en cours pour obtenir le retrait des combattants rebelles de Zabadani, ainsi que la levée du siège de Fouaa et Kafraya, a indiqué l'OSDH.

Le conflit en Syrie a fait en quatre ans plus de 240.000 morts, dont 12.000 enfants, selon l'OSDH, et poussé la moitié de la population à fuir.

Il a été déclenché en mars 2011 par la répression sanglante de manifestations antigouvernementales pacifiques qui ont dégénéré en révolte armée puis en guerre civile brutale. Les combats opposent désormais régime, rebelles, Kurdes et jihadistes qui s'affrontent sur un territoire de plus en plus morcelé.

Source : Lorientlejour

Aug 10, 2015

Turquie: attaque contre le consulat américain à Istanbul

Deux inconnus ont lancé une attaque contre le consulat américain à Istanbul, rapportent lundi les médias locaux.
 
Selon des témoins oculaires, les assaillants ont ouvert le feu devant le bâtiment du consulat avant de prendre la fuite. Aucun autre détail n'est disponible pour le moment.
 
Il s'agit d'un deuxième incident de ce genre survenu dans la ville au cours des dernières 24 heures.

Dimanche 9 août, une attaque à la bombe visant un commissariat d'Istanbul a blessé cinq officiers de police et deux civils.  

L'explosion a en outre endommagé des bâtiments voisins et une vingtaine de voitures garées dans les environs, indique l'agence de presse Dogan.

L'attaque, qui n'a pas été revendiquée jusqu'à présent, fait suite à une série d'arrestations menée par la Turquie contre les Kurdes du PKK. 

Le pays s'est également engagé récemment dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) en autorisant l'armée américaine à utiliser ses bases aériennes se trouvant près de la frontière syrienne pour effectuer des frappes contre le groupe djihadiste en Syrie.  

Dimanche, les Etats-Unis ont déployé leurs six premiers avions chasseurs F16 Fighting Falcon sur la base turque d'Incirlik. Selon le ministère américain de la Défense, un contingent de 300 militaires ont en outre été déployés sur cette base.

Source : SputnikNews

Aug 7, 2015

La Turquie gèle les avoirs de l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh

Le gouvernement turc a décidé de geler les avoirs de l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh et de quatre anciens responsables, dont des rebelles houthis, rapportent vendredi les médias turcs.

Cette décision, qui va de pair avec une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies, a été publiée vendredi au Journal officiel turc, après avoir été approuvée par Ankara, a rapporté l'agence de presse Anadolu.

Les avoirs de l'ancien président Saleh, ainsi que ceux de son fils Ahmad Ali Abdallah Saleh et des membres des rebelles chiites houthis, Abdulhalik el-Houthi, Abdallah Yahya el-Hakim et Abdulmalik el-Houthi, seront gelés jusqu'au 26 février 2016.

Cette décision est conforme à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui demande de sanctionner tous ceux qui font obstacle à la transition politique au Yémen ou commettent des violations des droits de l'Homme.

Un soulèvement en 2011 lors du Printemps arabe a forcé M. Saleh à quitter le pouvoir, qu'il exerçait depuis 33 ans. La situation sécuritaire s'est de nouveau gravement détériorée dans le pays lorsque l'actuel président, Abd Rabbo Mansour Hadi, a dû fuir son pays début 2015 face à la rébellion menée par le mouvement chiite houthi. Avec l'appui de l'Arabie saoudite, les forces loyalistes ont récemment repris le port d'Aden, tandis que la capitale, Sanaa, est toujours aux mains des houthis.

Source : CRI

Aug 6, 2015

Le Hamas met en garde Israël face au maintien du blocus de Gaza

Un dirigeant du Hamas palestinien a mis en garde Israël contre de possibles actes de violence s'il ne levait pas le blocus imposé à Gaza, lors d'une cérémonie mercredi marquant la fin de la formation de 25.000 Gazaouis aux techniques de combat.

Israël impose un blocus à la bande de Gaza depuis la capture en juin 2006 d'un de ses soldats, libéré en 2011. Il contrôle de façon stricte l'espace aérien et les eaux territoriales de l'enclave palestinienne et surveille la circulation des biens et des personnes à la frontière.

Le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, est actuellement engagé dans des contacts indirects avec Israël, son ennemi juré, pour tenter de parvenir à une trêve de longue durée en échange d'une levée du blocus qui étouffe les 1,8 million de Palestiniens entassés dans ce territoire exigu.

Malgré ces contacts, un an après la dernière guerre dévastatrice à Gaza qui a fait en juillet-août 2014 plus de 2.200 morts côté palestinien et plus de 70 côté israélien, le Hamas comme Israël se refusent à écarter dans leurs discours un nouveau recours à la force.

"Aujourd'hui, notre message à l'occupant est très clair: nous n'acceptons aucun blocus", a lancé Mahmoud Zahar, le haut dirigeant du Hamas.

Et si le blocus n'était pas levé, a-t-il prévenu, le Hamas tiendra également l'Autorité palestinienne pour responsable car elle s'est jusqu'ici refusé à rompre la coopération sécuritaire avec Israël.

"Brisez le siège car nous ne pourrons pas retenir ceux qui veulent défendre leur terre de celui qui a détruit leurs maisons et tué leurs enfants", a-t-il menacé, en allusion à de possibles actes de violences en représailles au maintien du blocus.

Source : Lorientlejour

Turquie : Le projet de gazoduc Turkish Stream est suspendu pour des raisons politiques.

Le projet de gazoduc Turkish Stream, proposé le 1er décembre 2014 par le président Vladimir Poutine et accepté par son homologue turc, Recep Tayyip Erdoğan, a été suspendu sine die.

De source turque, on indique que la suspension serait imputable à un désaccord sur le montant des réductions tarifaires accordées par la partie russe.

Nous avions annoncé, que le président Barack Obama avait sommé son homologue turc de cesser immédiatement sa participation à un projet mettant en cause la suprématie états-unienne en Europe occidentale, lors d’un coup de téléphone, le 22 juillet 2015 [1]. Turkish Stream était un projet alternatif après le revirement de la Bulgarie et l’échec de South Stream [2].

Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a annoncé que MM. Erdoğan et Poutine se rencontreront cet automne pour discuter du contentieux entre leurs deux pays.

[1] « La Turquie en danger », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 27 juillet 2015.

[2] « Le sabotage du gazoduc South Stream », « South Stream bloqué, la « claque » des États-Unis à l’Union européenne », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie), Réseau Voltaire, 10 juin 2014 et 5 décembre 2014. « Comment Vladimir Poutine a renversé la stratégie de l’Otan », par Thierry Meyssan, Оdnako (Russie), Réseau Voltaire, 8 décembre 2014.

Source : VoltaireNet

Aug 3, 2015

Caucase russe: huit membres de l'État Islamique tués dans une opération spéciale

Les forces de l'ordre russes ont abattu huit combattants islamistes à proximité de la localité de Dattykh de la République d'Ingouchie.
 
D'après une source proche du dossier, l'opération s'est déroulée dans la nuit de samedi à dimanche.

"Selon les données préliminaires, au total huit bandits ont été neutralisés", a fait savoir l'interlocuteur de l'agence.

Le Comité national antiterroriste russe (NAK) a annoncé qu'il s'agit de membres du groupe terroriste Etat islamique. D'importantes quantités d'armes à feu, de munitions et d'explosifs ont été saisies sur les lieux du combat.

En juin 2015, la rébellion islamiste opérant dans le Caucase russe a prêté allégeance à l'organisation Etat islamique via une vidéo publiée en ligne. Le soi-disant "Emirat du Caucase" a notamment témoigné "de ce que tous les combattants du Caucase, de Tchétchénie, de Daguestan, d'Ingouchie et de Kabardino-Balkarie étaient unis dans cette décision".

Il s'agit de la première fois que l'ensemble de la rébellion islamiste dans le Caucase du Nord officialise son ralliement à l'EI, qui compte déjà dans ses rangs 2.000 citoyens russes selon les services de renseignement.

En novembre 2014, les djihadistes de l'EI ont mis en ligne une vidéo dans laquelle ils menaçaient d'étendre leur "califat" autoproclamé dans plusieurs régions syriennes et irakiennes ainsi que dans le Caucase russe.

Source: SputnikNews

Aug 2, 2015

Israël : Nouveaux heurts sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem

Des heurts ont éclaté dimanche à Jérusalem sur l'esplanade des Mosquées, dont la police israélienne avait fermé plusieurs accès au troisième jour de violences entre Palestiniens et forces israéliennes dans les Territoires palestiniens, a constaté un photographe de l'AFP.

Des manifestations et des affrontements ont lieu quotidiennement depuis l'incendie criminel provoqué par des extrémistes juifs qui a couté la vie vendredi à un bébé palestinien en Cisjordanie occupée.

Dimanche matin, des dizaines de musulmans brandissant du photos du bébé mort, dont de nombreuses femmes, se pressaient devant plusieurs portes de l'esplanade des Mosquées, derrière des barrières installées par la police israélienne qui les empêchait d'y entrer.

La police a évoqué "des jeunes masqués retranchés dans la mosquée al-Aqsa", située sur l'esplanade, jetant "des pierres sur les policiers", mais a assuré qu'elle était parvenue à mettre fin aux heurts.

L'esplanade des Mosquées, située dans la Vieille ville de Jérusalem, est régulièrement le théâtre d'échauffourées, les Palestiniens accusant des extrémistes juifs de multiplier les visites de provocation sur ce que les musulmans considèrent comme le troisième lieu saint de l'islam.

Les juifs appellent ce site le Mont du temple et le considèrent comme le premier lieu saint du judaïsme. Certains juifs orthodoxes militent pour modifier le statu quo hérité du conflit de 1967 qui leur permet de visiter ce site ultra-sensible mais leur interdit d'y prier.

Il y une semaine, de violents affrontements avaient eu lieu sur l'esplanade des Mosquées après la visite de juifs orthodoxes, la police israélienne faisant même une rare incursion dans la mosquée Al-Aqsa.

Source : Lorientlejour

Une vidéo d'Al-Nosra montre la "capture" de rebelles syriens entraînés par les États-Unis

Le Front al-Nosra, la branche d'el-Qaëda en Syrie, a diffusé une vidéo dans laquelle elle affirme montrer la capture cette semaine de rebelles syriens entraînés par les Etats-Unis et accusés de "collaboration avec l'Occident".

A la mi-juillet, au moins 54 rebelles armés et équipés par Washington sont entrés en Syrie. Ils sont le premier groupe d'insurgés se faisant appeler la Division 30 et qui, formés par les Américains, sont censés lutter contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Syrie.

Huit d'entre eux ont été kidnappés mercredi soir dans le nord de la Syrie par le Front al-Nosra, groupe jihadiste rival de l'EI mais également visé par les frappes aériennes de la coalition dirigée par Washington, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Cette information a été démentie par le ministère américain de la Défense mais Al-Nosra a ensuite revendiqué le rapt, accusant ces rebelles d'être "des agents des intérêts américains dans la région".

La vidéo téléchargée samedi sur la chaîne d'Al-Nosra sur YouTube est intitulée "Les soldats du Front Al-Nosra lancent une opération militaire visant à empêcher l'extension du bras américain dans le nord syrien".

Elle montre au moins cinq hommes marchant dans un champ l'un derrière l'autre, les mains derrière la tête, encadrés par un homme cagoulé et un autre armé.

Un des détenus présumés affirme devant une caméra avoir été recruté par les Américains à travers des intermédiaires pour être entraîné pendant un mois et demi dans un camp en Turquie.

Selon lui, un fusil d'assaut M-16 et une somme d'argent ont été remis à ceux qui ont été entraînés pour qu'ils aillent "combattre Al-Nosra" en Syrie.

Un homme cagoulé se présentant comme un membre d'Al-Nosra assure que le groupe jihadiste "a coupé la main de l'Occident et des Américains en Syrie" en capturant ces hommes.

"Leur collaboration avec l'Occident est claire", a-t-il dit, assurant qu'ils aidaient la coalition à frapper les positions d'Al-Nosra.

A la suite de l'enlèvement, des combattants d'el-Qaëda ont lancé une attaque vendredi contre le siège de la Division 30 dans la province d'Alep.

Selon un nouveau bilan de l'OSDH, 25 jihadistes ont péri dans cette bataille et les frappes de la coalition sur la zone.

Les rebelles et leurs alliés, qui ont perdu sept hommes, se sont retranchés vers des zones tenues par les combattants kurdes dans cette province du nord syrien.

Source : Lorientlejour

Popular Posts This Week

Sitemap